Suivre par Email

samedi 11 juillet 2015

«La religion comme prétexte»

par Rached Boussema*

(Keystone)

«Suite à l’attentat du Bardo, le tourisme tunisien a subi une baisse de plus de 40%, avec celui d’hier à Sousse, il n’existera plus.» Par Rached Boussema, professeur à l’Ecole nationale des ingénieurs de Tunis, ex-responsable au niveau gouvernemental de la mise en œuvre pour les universités tunisiennes du modèle de Bologne

Je remercie beaucoup ceux qui ont exprimé leur solidarité à propos de l’attentat de Sousse. Cela me réchauffe le cœur et atténue la tristesse qui s’est emparée de moi depuis lors. Je partage entièrement le point de vue que les gouvernements européens doivent agir vite. Le problème n’a rien de religieux. Il est plutôt d’ordre géopolitique international et qui prend la religion comme prétexte. Il fallait détruire ce monde arabo-islamique de l’intérieur en espérant faire émerger un nouveau contexte géopolitique plus favorable à l’Occident dans la région. La Tunisie tente de servir de modèle à ce nouveau contexte en instaurant un régime politique démocratique. Cette nouvelle situation ne semble plaire ni aux terroristes ni à certains gouvernements occidentaux. Sinon, comment peux-tu expliquer l’indifférence de l’Europe aux problèmes que vit la Tunisie? Notre pays a besoin plus que jamais du soutien international afin de consolider son expérience démocratique. La Grèce, beaucoup moins fragile que la Tunisie, est en train d’être couvée par l’Europe. Suite à l’attentat du Bardo, le tourisme tunisien a subi une baisse de plus de 40%, avec celui d’hier à Sousse, il n’existera plus. Plus de 400 000 employés vont se retrouver dans des situations précaires. Ajouter à cela le manque de devises pour payer nos importations, le pays risque d’être à genoux. Notre économie ne s’en remettra pas, je le crains. Nous allons entrer dans une période de paupérisation généralisée de la population, et c’est justement le terreau que cherchent les terroristes pour s’emparer du pays. Qu’en sera-t-il alors de l’Algérie voisine, et du Maroc, sachant que la Libye n’existe quasiment plus en tant qu’Etat? Ces terroristes vont se rapprocher par conséquent de l’Europe et vont empoisonner la vie aux Européens. C’est pour cela qu’il faudra sauver la Tunisie en lui apportant le soutien financier, économique et social nécessaire à sa stabilité. Tu ne peux pas imaginer les efforts que font les Tunisiens pour sauvegarder leurs acquis malgré toutes les difficultés. Il est certain aussi que les Tunisiens ne vont pas baisser les bras et ce ne sont pas des actes isolés qui vont nous dissuader. Je déplore encore une fois toutes ces morts inutiles de gens qui aiment la Tunisie et qui ont choisi, malgré le Bardo, de venir quand même chez nous pour s’y reposer. C’est vraiment très triste car chacun de ces touristes assassinés de manière aveugle constituait peut-être sans le savoir ou le vouloir un grand soutien pour notre pays.

La vie continue en espérant que ce malheur puisse renforcer la cohésion sociale chez nous et développe un élan de solidarité entre toutes les couches sociales. Le futur proche semble obscur mais ne désespérons pas car il y restera toujours quelques lueurs d’espoir au fond de nos cœurs. Je reste optimiste.

* Professeur de L’Ecole nationale des ingénieurs de Tunis et ancien responsable au niveau gouvernemental de la mise en œuvre pour les universités tunisiennes du modèle de Bologne


Le Temps OPINION Mardi 07 juillet 2015

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/b9eafe56-23e7-11e5-9a9f-be4265bf5f16/La_religion_comme_pr%C3%A9texte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire