Suivre par Email

jeudi 30 juin 2011

Une photo aussi planante qu’intrigante


J’ignore qui a pris cette photo et comment il a fait.
Je sais juste qu’elle fait actuellement le tour du net et qu’elle mérite d’être partagée car elle est assurément superbe. Elle est encore plus impressionnante en HD, en page suivante…


Cliquez sur la vignette pour l’agrandir

On dirait que l’avion quitte Shangai, ce qui est étrange puisque la trajectoire et l’angle ne correspondent à ceux d’un vol commercial régulier. Comment a–t-elle été prise ? Soit le pilote a un bras très long. Soit l’avion avait un appareil photo attaché à l’avant avec un système de fixation. Peut-être s’agit-il d’une pub pour une compagnie d’avion. Peut-être est-ce du bon Photoshop. Tant de questions, si peu de réponses… [Merci Richard]

http://www.gizmodo.fr/2011/06/30/une-photo-aussi-planante-qu%e2%80%99intrigante.html

Avoiding Plagiarism: Citing Your Sources in University Writing

Properly citing your sources in university is key to your academic success. Knowing the expectations will guide you to proper citation.

Citing your sources properly in a university course can make the difference between an A paper and something less. Giving information about where the ideas in your writing came from is essential to success in university. Professors, programs and institutions all have different expectations for the proper way to cite your sources. Knowing the expectations for your particular course will guide you to proper citation. Failing to cite your sources properly can lead to claims of plagiarism, which can have serious consequences, including failing the assignment or the course and even being expelled from the university.

Citation Style

Consult the outline for your course or the assignment sheet for the citation requirements. When in doubt, ask your professor or a tutorial assistant. University courses use a number of different citation styles. Two of the more common ones are the Modern Language Association (MLA) and the American Psychological Association (APA) styles.

Research the citation style applicable to your particular writing assignment. For example, visit the library or library web site for your institution to get further information about the citation style. Identify the rules of the style for how to reference materials in the body of your writing as well as at the end of your writing.


Read more at Suite101: Avoiding Plagiarism: Citing Your Sources in University Writing | Suite101.com http://www.suite101.com/content/avoiding-plagiarism-citing-your-sources-in-university-writing-a377833#ixzz1QnUfDdVc

Jun 30, 2011 Carol Strider

La Suisse en tête de l'indice mondial de l'innovation

La Suisse est la première économie mondiale en matière d'innovation. Elle a gagné trois places depuis l'an dernier et caracole en tête de l'indice mondial de l'innovation devant la Suède et Singapour, ont annoncé jeudi à Genève l'INSEAD et l'OMPI.

Hong Kong suit au 4e rang, devant la Finlande, le Danemark, les Etats-Unis, le Canada, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. La Suisse s'octroie la première place parce qu'elle a une position forte dans la plupart des domaines, tant pour l'environnement favorable à l'innovation que pour les réalisations économiques concrètes.

Selon l'Institut européen d'administration des affaires (INSEAD), la Suisse est ainsi au 3e rang mondial pour le sous-indice des moyens mis en oeuvre pour développer l'innovation (institutions, capital humain et recherche, infrastructures, marchés, entreprises). Elle est au 2e rang mondial pour le sous-indice des résultats acquis dans le domaine de l'innovation par les différents secteurs économiques.

Sur 125 pays classés, l'Islande prend la 11e place, l'Allemagne est 12e, l'Irlande 13e, Israël 14e, la Nouvelle-Zélande 15e, la Corée du Sud 16e, la Norvège 18e, l'Autriche 19e, le Japon 20e, la France 22e, la Belgique 24e. Parmi les pays européens, la Grèce est nettement en retard, au 63e rang, alors que l'Espagne est 32e, le Portugal 33e et l'Italie 35e.

La Chine conquiert le 29e rang et est le seul pays en développement parmi les 30 premiers du classement de l'INSEAD. Le Chili au 38e rang est la première économie latino-américaine, devant le Costa Rica (45e) et le Brésil (47e). La Russie arrive au 56e rang, l'Inde au 62e rang.

(ats / 30.06.2011 15h29)
romandie.com/news

La part de courant issu d'énergies renouvelables en hausse de 1,2% en Suisse

La part de courant issu des énergies renouvelables, y compris l'hydraulique, a augmenté de 1,2% en 2010 en Suisse. Elle atteint maintenant 36,4 milliards de kilowattheures (kWh), a indiqué jeudi l'Office fédéral de l'énergie. ...

De cette production indigène, 57% proviennent d'énergies renouvelables, à savoir d'énergie hydraulique (sans l'usage de pompage d'accumulation), solaire, éolienne, du biogaz et de la valorisation des déchets. En 2009, 56,2% ou 35,9 milliards de kWh étaient produit grâce aux sources renouvelables. ...

(ats / 30.06.2011 20h05)
romandie.com/news

Le système français de formation des enseignants est isolé en Europe

Encore une exception française. La formation initiale des enseignants telle qu'elle est organisée dans notre pays est un modèle minoritaire, si ce n'est isolé, en Europe.

Selon la Commission européenne, elle repose traditionnellement sur un système dit "consécutif" (la formation professionnelle succède à la formation disciplinaire), alors que la majorité des systèmes de formation en Europe sont fondés sur une approche "simultanée" (avec alternance de formations disciplinaire et professionnelle en même temps).

De plus, la France a tendance à privilégier, dans la formation délivrée aux futurs enseignants, les connaissances disciplinaires, au détriment de l'apprentissage du métier, qui induit des cours de psychologie, de didactique, de tenue de classes... Un modèle "trop académique", selon Eric Charbonnier, expert à la direction éducation de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

En 2007, les Etats membres de l'Union européenne se sont engagés à promouvoir, dans la formation initiale des enseignants, l'acquisition de compétences permettant "d'enseigner efficacement dans des classes hétérogènes composées d'élèves issus de différents milieux socioculturels avec un large éventail de capacités et de besoins".

QUALITÉ DE L'ENSEIGNEMENT ET RÉUSSITE SCOLAIRE
Depuis, de nombreux pays européens, tels que l'Allemagne, le Portugal ou le Royaume-Uni, ont réformé leur système de formation des enseignants "afin d'accorder plus de place à l'acquisition de compétences pédagogiques", rapporte M. Charbonnier. Mise en œuvre en 2010, la réforme française pourrait amplifier la singularité de notre pays. Celle-ci a élevé le niveau de recrutement de la profession à un niveau master 2 (bac+5) et s'est traduite par la fin de la formation pratique délivrée dans les Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM).

L'enjeu est de taille. Selon le cabinet de conseil McKinsey, "la qualité de l'enseignement est la clef du succès des systèmes scolaires qui réussissent", lit-on dans son rapport publié en 2007. Dans le même sens, Eric Charbonnier ajoute qu'"à choisir, en période de restrictions budgétaires, il vaut mieux mettre l'accent sur la formation des professeurs que de diminuer la taille des classes".

Pour le député UMP du Doubs Jacques Grosperrin, le "décrochage" du système français de formation "expliquerait en partie" les "mauvais" résultats des élèves. Cette année, 10 % des élèves de CM2 n'ont pas les "acquis suffisants" en mathématiques, 7 % en français, selon les évaluations nationales. Les proportions sont exactement les mêmes pour les élèves de CE1, dont les résultats des évaluations ont été divulgués mercredi 29 juin sur le site de l'éducation nationale.

Aurélie Collas
LEMONDE pour Le Monde.fr | 30.06.11 | 17h15

Are We Prepared for a Catastrophic Solar Storm?

A solar disaster isn't a question of if, but when--and it looks like soon

Sun StrokeNASA
 
One of the biggest disasters we face would begin about 18 hours after the sun spit out a 10-billion-ton ball of plasma--something it has done before and is sure to do again. When the ball, a charged cloud of particles called a coronal mass ejection (CME), struck the Earth, electrical currents would spike through the power grid. Transformers would be destroyed. Lights would go out. Food would spoil and--since the entire transportation system would also be shut down--go unrestocked.

Curious about what a CME would mean for us? Check out our feature.  ...

Read more  http://www.popsci.com/science/article/2011-05/are-we-prepared-catastrophic-solar-storm

How Airplanes Blow Snow-Making Holes in Clouds

By John Timmer, Ars Technica

We’ve seen recently that air travel can have an oversized impact on the atmosphere, at least relative to emission of things like greenhouse gasses, because they seed clouds that can persist for hours. Now, researchers have taken a detailed look at what happens when aircraft fly through clouds that already exist. Under many circumstances, it turns out that the aircraft have the opposite effect, causing pressure changes that trigger the formation of large holes in the cloud, with the missing water falling out as snow.

Holes in clouds, like the one shown above, have been associated with the passage of aircraft since the 1940s, but it hasn’t been clear how significant this process is. By the 1980s, researchers had found that propeller-driven aircraft produce large pressure changes in their wake, which produce a lot of ice crystals if they pass through supercooled clouds. More recent work showed just how large this effect can be: propellers can induce temperature drops of up to 30°C, while the wings of jets can lower the temperature by 20°C. If a cloud is already in the area of -10 to -20°C, that means the airplane should cause ice to crystalize out of clouds.
 
The new paper shows what happens as a result of these crystals. Modeling indicates that the heat released by ice formation causes an updraft in the immediate vicinity of where an aircraft passes. This carries most of the ice crystals back upward, with the exception of the heaviest, which fall through the updraft as snow. On the periphery of the updraft, a corresponding downdraft causes evaporation of the water in the cloud, which gradually expands the hole. This self-sustaining cycle should cause the hole to expand for up to an hour after the aircraft passes, and vastly expands the area affected by the aircraft’s passage.
The researchers looked at satellite and radar imagery to see whether they could spot the equivalent of what their model was showing. Could they ever. Radar near a Denver airport showed lines of snow formation that followed curved paths typical of airliners. Clouds over the continental US showed extended trains of holes and channels that followed flight paths verified on air transportation records. “Some holes reached lengths of >100 km and were detected for four or more hours,” the authors note. From the point where they were detected on radar, the holes would double their area within a half hour, and continued to expand out to a full hour.

The authors don’t expect that the formation of snow is significant enough to do much more than cause small amounts of localized snow in the immediate vicinity of the airport. But the satellite imagery suggests that heavy air travel can cause a measurable drop in the total area covered by clouds under the right conditions. Along with the earlier results, the new work indicates that, although aircraft only disturb a small area of the atmosphere, the disturbances they cause can persist and propagate long enough to have an unexpectedly large impact on our planet.

Source: Ars Technica

Image: A hole punched through the clouds after the passage of a transport plane in Antarctica. (Science)


A different kind of mentor

Online mentoring offers students in the field of agriculture and natural resources enhanced insight into career opportunities and college life


MADISON, WI, JUNE 30, 2011 -- Mentoring is a recognized tool in career development and advancement. It brings a personal element to what might otherwise be a confusing process. Mentors can provide insight into the unwritten rules and culture of the professional workplace. With the click of a mouse, a student can have access to an ementor, a career professional who can expand the student's career horizon and help navigate their collegiate experience. ...

The full results from this program were published in the 2011 issue of the Journal of Natural Resources and Life Sciences Education.

http://www.eurekalert.org/pub_releases/2011-06/asoa-adk063011.php

Le Nigeria à la conquête de l'espace

SAT-2, SAT-X. Ces étranges initiales ne sont pas des virus informatiques ou des médicaments à l'essai, mais les noms des deux nouveaux satellites que le Nigeria va mettre en orbite le 7 juillet 2011, rapporte le Nigerian Pilot.

Les engins spatiaux vont décoller depuis le cosmodrome de Dombarovsky, en Russie. Ils s’envoleront en direct à la télévision, simultanément, depuis le lanceur spatial Dnepr, qui compte à son actif l’envoi de 55 satellites du monde entier. «Canada, Allemagne, France, Malaysie, Arabie Saoudite», a égrené fièrement le directeur général de l’Agence de recherche spatiale nigériane (NASRDA), Saidu Mohammed.

NigeriaSAT-2 et NigeriaSAT-X sont les troisième et quatrième satellites mis en orbite par le pays. Le premier, lancé en 2003, est en fin de vie, et le deuxième a failli dix-huit mois après son décollage en 2007. Le Nigeria compte bien rattraper son retard, alors que «plus de 1.000 satellites existent dans le monde, […] la Russie en compte 100, les Etats-Unis 43 et l’Egypte 4», a expliqué Mohammed.


Lu sur Nigerian Pilot, next
30/06/2011


http://www.slateafrique.com/5629/nigeria-conquete-espace-satellites

Ils traquent les débris de l'espace qui nous menacent



"Pas moins de 300 000 débris de 1 à 10 cm gravitent autour de la Terre", souligne Fernand Alby./ Photos AFP et CNES
Fernand Alby, ingénieur au Centre national d'études spatiales de Toulouse, responsable de l'activité débris spatiaux. Tous les jours, son équipe est chargée de prévoir et de calculer les risques de collision de débris avec des satellites français.

Mardi, un débris orbital s'est approché à environ 250 m de la Station spatiale Internationale. Les spationautes ont eu très chaud ?

Des débris spatiaux, il y en a tout le temps et de plus en plus puisqu'on envoie toujours plus d'objets dans l'espace. Ce qui s'est passé ces dernières heures relève d'un phénomène particulier. Pour ce qui concerne la Station spatiale internationale, Américains et Russes travaillent ensemble avec des procédures communes permettant de définir au mieux la trajectoire des débris identifiés. En fonction de cette trajectoire, sont prévues des manœuvres d'évitement en faisant bouger la Station. Une opération plutôt courante puisqu'on compte en moyenne une manœuvre par an. Mais cette fois, la trajectoire des débris spatiaux semblait très mal connue avec un périgée assez bas (ndlr : point de passage au plus près de la Terre). Quand ce tracé a pu enfin être calculé, il était déjà trop tard. C'est pourquoi, il a été demandé à l'équipage de l'ISS de se réfugier dans les vaisseaux Soyouz amarrés à la Station. Il faut rappeler que les modules de l'ISS sont protégés par des blindages qui permettent de stopper les objets de 1 à 2 cm.

Mais en quoi est-on mieux protégé dans les Soyouz ?
La Station spatiale est de grande dimension. Une collision avec un débris, si petit fût-il, peut engendrer un risque de dépressurisation dans l'ISS. Les vaisseaux Soyouz sont, eux, beaucoup moins gros et plus compacts. En cas de collision de débris avec la Station, le Soyouz se détache permettant à l'équipage de rentrer sur Terre. En 2009 déjà, les trois membres de l'équipage avaient dû s'abriter dans les vaisseaux de secours. À titre d'exemple, pas plus tard que le 5 février, Spot 5 a croisé des débris issus du satellite chinois Fengyung 1C.

A-t-on des informations précises sur la taille de ce débris ?
Pas encore. Les données dont nous disposons devraient permettre une restitution des résultats dans les prochains jours. Mais, outre la taille de l'objet, il faut connaître aussi la vitesse de déplacement qui influe bien sûr sur la force de l'impact. Quand l'ISS rencontre de front un débris, la vitesse est de l'ordre de 16 km par seconde. Vous imaginez !

Une météorite tout près de la Terre

Décidément, cette fin du mois de juin est marquée par des événements dans notre ciel tout proche. Mais cette fois, il ne s'agissait pas d'un débris issu de notre industrie spatiale, mais bien d'un corps céleste ressemblant, semble-t-il, à un gros cigare, d'un mètre de large et dix mètres de long. Cet objet naturel qui était visiblement en orbite autour du Soleil, serait passé à quelque 12 000 km de la Terre, à l'intérieur donc de notre orbite géostationnaire. Cette météorite venant donc de très loin, il s'est révélé impossible de définir sa trajectoire, indique Fernand Alby du CNES de Toulouse. Ce sont les astronomes qui sont chargés de suivre ce phénomène.

Publié le 30/06/2011 08:05 | Recueilli par Jean-Marie Decorse

http://www.ladepeche.fr/article/2011/06/30/1118411-ils-traquent-les-debris-de-l-espace-qui-nous-menacent.html

Laïcité Inch'allah

Le film de Nadia El Fany est une courageuse défenseuse de la laïcité.

Nadia El Fany est une réalisatrice franco-tunisienne. Fille d'un des fondateurs du Parti communiste tunisien, elle vit en France depuis une dizaine d’années. Elle a notamment réalisé un documentaire sur son père et un thriller, « Bewin Hacker », dans lequel un petit génie de l'informatique pirate les satellites et brouille les chaînes télévisées européennes. En 2010, avant la révolution de jasmin, elle se lance dans la réalisation d’un documentaire "Ni Allah ni maître".

Elle y dénonce « l'hypocrisie sociale » qui règne en Tunisie. Elle souligne que "Dans un Etat où il est décrété que tout le monde appartient à la même religion, il est d'autant plus compliqué de se réclamer d'une idée et d'une pensée au mieux ignorée, au pire dénigrée et combattue". Son film se veut clairement laïque et non antireligieux. Pour mieux l'affirmer, elle change son titre pour adopter "Laïcité Inch'allah".

934139-1107785.jpg

Une projection, le 24 avril dernier à Tunis, en clôture d’un festival de documentaires, s’est déroulée sans problème. Mais depuis la situation s’est détériorée. Les insultes se multiplient sur internet. Les réseaux sociaux véhiculent aussi bien les menaces que les manifestations de soutien. Dimanche 26 juin, une centaine de manifestants violents ont investi le cinéma Africart à Tunis où le film était projeté. Nadia El Fany maintient son engagement pour une société laïque, une société de liberté pour tous. Elle souligne que son film « est un film qui appelle à la tolérance contrairement à tout ce qu'on dit", en ajoutant que « peut être que dans le secret des urnes, les Tunisiens voteront pour la laïcité ». Le distributeur du film en France, Jour2fête, annonce la sortie du film le 21 septembre.

30 Juin 2011Par Charles Conte
http://blogs.mediapart.fr/edition/laicite/article/300611/laicite-inchallah

Quelques informations récentes à caractère scientifique et technologique provenant du Royaume Uni

Dossier


Au Royaume-Uni comme ailleurs, le secteur des transports automobiles doit faire face à deux défis. Il doit tout d'abord assurer sa prospérité future et conserver la place privilégiée qu'il occupe dans l'économie britannique. Mais il doit aussi parvenir à se tourner vers des technologies et des produits plus respectueux de l'environnement, et ainsi rendre possible les objectifs avancés par le pays dans la lutte contre le changement climatique. ...
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67138.htm

Politique scientifique et technique


Le Science and Technology Committee de la House of Lords s'est récemment intéressé à la question de l'utilisation des marchés publics [1] comme stimulus de l'innovation. Un rapport à cet effet a été publié le 25 mai 2011, et cet article présente une synthèse des résultats de l'enquête menée par le comité.

Avec des dépenses totalisant 236 Md£ sur l'année fiscale 2009-2010, le gouvernement britannique est le plus gros acheteur de biens et services au Royaume-Uni. Des dépenses de cet ordre de grandeur représentent un potentiel considérable pour influencer le développement de solutions innovantes et encourager la croissance économique du pays. Malgré un nombre important de rapports suggérant l'utilisation des marchés publics comme moteur de l'innovation, le constat est qu'une culture d'aversion au risque, profondément ancrée dans les ministères et autres organisations du secteur public, se trouve être à l'origine de l'insuffisance, voire du manque total, de prise en considération de solution innovante. Dans le climat économique actuel, la priorisation de solutions connues et testées est préférée à l'innovation, souvent considérée comme synonyme de prise de risques. ...
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67139.htm



La Royal Society a débuté, le 13 mai 2011, une étude intitulée "Science as a public enterprise : opening up scientific information" (la science en tant qu'opération publique : dissémination des informations scientifiques). La recherche scientifique a un impact considérable sur la société dans son ensemble et il est par conséquent important que la recherche, au sens large, ne soit pas considérée comme une opération privée, menée à huis clos dans les laboratoires de recherche, mais au contraire, comme une opération publique, permettant de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons et les grands défis auxquels nous faisons face.
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67140.htm


Une nouvelle situation à la rentrée 2012...

M. David Willets, secrétaire d'Etat chargé des universités et de la science souhaite restructurer l'enseignement supérieur britannique afin de développer la compétitivité des universités au sein du marché mondial de l'enseignement et de la recherche.

Cette restructuration passe par une étape importante et problématique d'une hausse des droits d'inscription en Licence. Rappelons ici que les droits d'inscription en Licence sont établis au plan national, les droits en Master et Doctorat étant fixés par les universités elles-mêmes.

Cette réforme des droits d'inscription impose une augmentation d'au moins 40% des frais de scolarité qui passeront de 3 270 £ (actuellement) à 6.000 £, avec un maximum de 9.000 £ par an ("dans des circonstances exceptionnelles", dit le texte) : ce qui reviendrait à 36.000 £ pour un diplôme de Licence en quatre années. Alors que le gouvernement escomptait une moyenne de 7 500 £, les premières enquêtes menées auprès des universités montrent que le montant maximal de 9.000 £ est très souvent la règle (au moins 2/3 des universités anglaises). ...
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67141.htm

Energie


Le 5 mai dernier le JET (Joint European Torus, tokamak situé à Culham, Oxfordshire) a achevé une étape décisive pour le programme de fusion thermonucléaire européen. La structure interne qui fait face au plasma, et qui jusqu'à maintenant était faite de tuiles de carbone, a été remplacée par des composants en béryllium et tungstène. Ce travail a débuté le 23 octobre 2009, date à laquelle les dernières campagnes expérimentales se sont arrêtées. Depuis, 5 384 composants en béryllium (environ 2 tonnes), 1 288 tuiles en carbone recouvertes d'une couche de tungstène et 9 216 lamelles de tungstène (environ 2 tonnes) ont été installées pratiquement uniquement grâce à un bras télémanipulateur (voir photo). Ce projet lancé en 2004 pour un coût total d'environ 60 M euros (main d'oeuvre comprise) a été mené à son terme et le JET passe maintenant en phase de redémarrage. Il produira ses premiers plasmas dans la nouvelle configuration à la mi-août 2011, après une phase habituelle de redémarrage d'environ trois mois. ...
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67147.htm



1. Les "budgets carbone"

Les engagements pris par le Royaume-Uni en matière de réduction d'émissions de gaz à effet de serre se traduisent par des objectifs à long terme dont les échéances se situent en 2050. Afin de permettre une gestion efficace des efforts tendant à atteindre ces objectifs, le Climate Change Act a institué l'obligation pour le gouvernement britannique de définir des "budgets carbone" (carbon budgets). Ceux-ci instaurent, pour une période de cinq années, la quantité maximale de gaz à effet de serre émise par le pays et établissent ainsi un cadre clair et durable pour la transition du Royaume-Uni vers une économie plus verte. Les trois premiers budgets carbone ont été ratifiés par le Parlement en mai 2009 pour les périodes 2008-12 (3 018 MtCO2e), 2013-17 (2 782 MtCO2e) et 2018-22 (2 544 MtCO2e). ...

2. Le rapport du Committee on Climate Change sur les énergies renouvelables

Peu avant, le 9 mai 2011, le CCC avait lancé sa dernière publication concernant les énergies renouvelables (The Renewable Energy Review). ...

3. Le nucléaire

Le rapport concernant les évènements ayant eu lieu à la centrale nucléaire de Fukushima Dai-ichi, préparé par le Dr Mike Weightman de l'Office for Nuclear Regulation (bureau pour la réglementation du nucléaire) a été remis à Chris Huhne, dans sa version intermédiaire, le 18 mai 2011. En présentant le rapport au Parlement, le ministre de l'énergie et du changement climatique a expliqué que ses discussions avec le Dr Weightman n'avaient pas révélé de raison de ne pas poursuivre la politique menée actuellement en accordant au nucléaire une place importante dans le mix énergétique futur. Il a également réaffirmé sa volonté de soumettre dès que possible, après étude approfondie du rapport sur Fukushima, les Energy National Policy Statements au vote du Parlement.

4. La capture et le stockage du carbone

De manière évidente, la stratégie britannique pour la première moitié du XXIème siècle repose fortement sur l'exploitation des dispositifs de capture et de stockage du carbone (CSC). Il est donc légitime de se demander si le rôle qui leur est dévolu est compatible avec leur potentiel, et si ces technologies auront d'ores et déjà un impact en 2025, date à laquelle le gouvernement souhaite fixer une nouvelle échéance. ...

5. Les énergies renouvelables

Le Department of Energy of Climate Change (DECC, ministère de l'énergie et du changement climatique) a publié le 10 juin 2011 un rapport réalisé par la société ARUP traitant des coûts de génération et du potentiel de développement des énergies renouvelables. Le but premier de cette étude est de fournir une base à la révision des Renewables Obligations (mesure à travers laquelle le gouvernement subventionne plus ou moins les différentes sources d'énergie renouvelables) et des Feed-In-Tariffs (mécanisme de rachat de l'électricité).

Le rapport étudie successivement un large éventail d'énergies renouvelables, dans lequel on retrouve bien sûr :
- l'éolien onshore : la vitesse du déploiement de ces technologies est plus lente qu'escompté. Cependant le potentiel de développement reste important (jusqu'à une capacité de 17,3 GW en 2030). Les coûts de génération sont stables par rapport aux études précédentes.
- l'éolien offshore : la vitesse de déploiement devrait rester relativement faible dans les cinq à dix années à venir, car les plus gros projets ne devraient pas démarrer avant 2015. Le potentiel de développement en 2030 est très important (jusqu'à 41 GW). Les incertitudes qui entourent les coûts de génération sont toujours nombreuses, et le rapport recommande de considérer avec prudence les projections pour le futur.
- les énergies marines : la décennie 2020 devrait voir un réel démarrage de ces technologies, avec une capacité installée potentielle de 4 GW en 2030. Les coûts de génération de l'électricité par ce biais restent élevés et constituent toujours un obstacle au développement.

A la vue de ces récents développements, il est clair que, dans les intentions tout au moins, le gouvernement britannique poursuit son effort pour être le plus "vert" que le pays ait jamais eu. Les objectifs ambitieux avancés peuvent toutefois apparaître quelque peu en décalage avec les réalisations concrètes. En tous les cas, il ne semble pas que ce soit le volet purement scientifique et technologique qui doive, à l'avenir, mettre en péril ces ambitions et empêcher l'émergence des énergies renouvelables. Le projet lancé le 17 mai 2011 par l'Energy Technologies Institute, destiné à développer des éoliennes d'une capacité de 10 MW, est, à cet égard, symbolique.
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67148.htm

Environnement


Le Royaume-Uni est devenu le premier pays à donner un prix à la nature, en attribuant une valeur à tous les bénéfices qu'elle procure à sa population. Résultat des travaux de 500 scientifiques et économistes dirigés par Robert Watson, Chief Scientific Adviser du Department of Environment, Food and Rural Affairs (conseiller scientifique du ministère de l'environnement, de l'alimentation et des affaires rurales), le UK National Ecosystem Assessment (évaluation de l'écosystème national) a fait l'objet de la publication d'un rapport de plus de 2.000 pages au début de juin 2011. Cette étude a été financée par le Natural Environment Research Council (conseil de recherche pour l'environnement naturel) et par l'Economic and Social Research Council (conseil de recherche pour l'économie et les sciences sociales) et a coûté 1,3 M£. ...
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67149.htm


Technologies de l'information et de la communication


Selon Nick Harvey, secrétaire d'Etat aux forces armées britanniques, le Royaume-Uni développerait un programme militaire offensif pour se prémunir d'une menace cyberterroriste. L'objectif est de doter le pays d'un arsenal informatique permettant de lancer des offensives sur le réseau.

L'utilisation des technologies de télécommunication serait soumise aux mêmes règles d'engagement que pour les moyens d'actions classiques de l'armée, telles qu'appliquées par les forces spéciales britanniques (British Special Forces). Pour Nick Harvey, ce programme ne rend pas la stratégie militaire britannique plus offensive, mais il constitue une nouvelle force de dissuasion face aux menaces grandissantes d'attaques informatiques envers un état. Que ce soient les infrastructures de transport ou d'approvisionnement en énergie ou les transactions bancaires et financières, le fonctionnement d'un pays est aujourd'hui dépendant du bon fonctionnement de son réseau Internet. ...
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67150.htm



Le Department for Business, Innovation and Skills (BIS, ministère des entreprises, de l'innovation et des compétences) a publié au mois d'avril 2011 un rapport intitulé Better Choices: Better Deals (de meilleurs choix pour de meilleures affaires). L'un des principaux points de ce document, le projet Mydata, veut permettre aux consommateurs d'accéder aux données que les sociétés privées possèdent sur eux. L'argument étant qu'ils pourraient ainsi mieux orienter leurs choix.

Avec l'essor des technologies de l'information, les entreprises collectent de plus en plus de données sur leurs clients. Ces données, issues des achats sur Internet, des transactions par carte bancaire ou via d'autres terminaux sont ensuite utilisées par des équipes de marketing ou bien revendues à d'autres sociétés. Entre les entreprises et les consommateurs se crée alors une asymétrie de l'information que le gouvernement se propose de diminuer, espérant ainsi réduire l'inflation et relancer l'économie. ...
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67151.htm



Le Technology Strategy Board (TSB, conseil pour la stratégie technologique) a annoncé le 11 mai 2011 un investissement de 5 M£ pour accroître la recherche et l'innovation autour de l'Internet des objets. Les fonds débloqués permettront la création d'un Special Interest Group (Pôle d'intérêt commun) dès l'été 2011, ainsi que des projets de recherche et des ateliers de travail.

L'Internet des objets (the Internet of Things) désigne un changement déjà en cours dans l'usage des TIC avec de plus en plus d'objets connectés au réseau et pouvant communiquer entre eux. Ces capteurs et récepteurs d'information qui produisent de gros volumes de données ouvrent la voie à de nouvelles applications et services.

Le TSB souhaite encourager l'innovation en rapprochant les secteurs de l'énergie, des transports, du bâtiment et de la santé, tous impactés par l'Internet des objets. ...
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67152.htm


La suppression des données d'un disque dur pourrait conduire, dans des conditions bien particulières, à un refroidissement du système. Telle est la conclusion d'une étude réalisée conjointement par des physiciens de l'Université d'Oxford, de l'Université nationale de Singapour et de l'ETH Zürich (Institut fédéral de technologie de Zürich), et parue dans le journal Nature au mois de juin 2011. L'étude a pour titre : "The thermodynamic meaning of negative entropy" (La signification thermodynamique de l'entropie négative).

La chaleur d'un ordinateur générée par les calculs informatiques est non seulement un obstacle à la miniaturisation des circuits mais également un aspect fondamental de la relation entre théorie de l'information et thermodynamique, que l'on appelle entropie. Le travail de l'équipe de chercheurs a été de démontrer que lors de la suppression d'information, l'entropie du système, et donc sa capacité à produire de la chaleur ou à se refroidir, était conditionnée par l'information quantique qu'un observateur possède sur ce système. ...

mercredi 29 juin 2011

Le doctorat nouveau est arrivé

"Un modèle où le doctorat sera le diplôme phare et la recherche un moteur", c'est ainsi que Valérie Pécresse, alors ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, prônait le développement du doctorat en France dans un entretien paru en janvier dans notre hors-série "Le Guide des masters et MBA".

A cet effet, et sous l'impulsion de la Confédération des jeunes chercheurs, le ministère a créé des contrats doctoraux qui ouvrent différents droits dont ceux à la retraite et attestent d'au moins trois ans d'expérience professionnelle dans le public ou le privé. "Reste à ce que cette formation par la recherche soit reconnue dans les conventions collectives. Les entreprises doivent mieux reconnaitre les connaissances et les compétences qu'il y a derrière le doctorat", insistait encore la ministre.

  • DES COMPÉTENCES À VALORISER
Et pour que les docteurs soient encore plus pros, les universités leur demandent aujourd'hui de suivre des cours pour compléter leurs compétences disciplinaires. "Depuis l'année dernière, nous avons rendu obligatoires des cours d'anglais pour nos 390 doctorants, explique ainsi Pauline Dreux-Palassy, qui dirige le département de la recherche et de la valorisation de l'université de Cergy-Pontoise. Certains, notamment dans les sciences expérimentales ont un excellent niveau mais d'autres, notamment en droit, ont moins l'occasion de pratiquer l'anglais. Il nous fallait imposer à tous d'acquérir un niveau suffisant pour s'intégrer ensuite sur le marché du travail."

Même volonté à l'université de Nantes (1 400 doctorants), où chaque doctorant suit 100 heures de cours dont la moitié est disciplinaire et l'autre consacrée à la rédaction d'un CV ou au montage d'un projet financier. "Avec le soutien de l'Intelli'agence (ex-association Bernard Grégory), nous organisons aussi des 'Doctoriales' dans le cadre desquelles nos doctorants de toutes disciplines travaillent ensemble sur des projets innovants susceptibles d'intéresser des entreprises", explique Agnès Florin, responsable du collège doctoral Nantes-Atlantique.

Les doctorants peuvent également réaliser une mission complémentaire, dite "doctorants expert", pour laquelle ils consacrent 32 jours de travail à une entreprise de la région. "C'est un dispositif peu coûteux et très efficace pour qu'une entreprise et un doctorant apprennent à se connaître", insiste Agnès Florin.

  • COMMENT AMENER LES INGÉNIEURS VERS LE DOCTORAT ?
Si les ingénieurs bénéficient en France d'une grande aura, un petit séjour en Allemagne les déçoit vite quand ils se rendent compte qu'ils passent derrière les ingénieurs-docteurs. Et c'est le cas dans beaucoup d'autres pays. Les grandes écoles d'ingénieurs mettent donc aujourd'hui tout en œuvre pour pousser leurs élèves à poursuivre leur cursus trois ans de plus. "A l'ESTP, nous avons aujourd'hui 15 thésards en contrat Cifre dans le cadre de notre Institut de la constructabilité mais aucun n'est encore ingénieur de l'ESTP, explique Florence Darmon, la directrice de l'école parisienne spécialisés dans le bâtiment et les travaux publics. Pour les motiver à poursuivre leur cursus, nous devons obtenir des entreprises qu'elles les rémunèrent au même niveau que des salariés."

Et elles devraient y trouver leur compte selon elle : "Avoir des ingénieurs chercheurs permettra aux entreprises de mieux faire communiquer ces deux mondes."

Une approche que reprend Olivier Fourure, directeur de la grande école d'ingénieurs aéronautique qu'est l'Isae de Toulouse (issue du rapprochement de l'Ensica et de Sup Aéro) : "Nous avons plus de 200 thésards dont 15 % issus des rangs de l'école. Mais ce chiffre monte depuis que nous initions, dès leur première année, nos élèves à la recherche en les amenant à aller dans nos laboratoires."
Et d'insister : "Nous sommes un secteur qui a particulièrement besoin d'innovation et nos ingénieurs trouvent en thèse les méthodes qui permettront à notre industrie aéronautique de rester un leader mondial."

  • UN VÉRITABLE 3E CYCLE DE FORMATION À LA RECHERCHE
"Un docteur c'est quelqu'un de créatif, qui sait sortir du moule, qui arrive à se moduler en fonction des besoins de l'entreprise grâce à sa formation universitaire, confirme Pauline Dreux-Palassy. A nous de leur donner les armes pour faire valoir leurs qualités face aux ingénieurs. A les aider à passer d'un projet passionnel, leur thèse, à un projet professionnel." Et les thésards ont des compétences à faire valoir dont ils n'ont eux-mêmes peu conscience. "Dans le cas d'un scientifique, il aura par exemple appris à négocier avec des fournisseurs ou à faire du management ", reprend Pauline Dreux-Palassy.

La réputation des thésards de ne jamais finir leur thèse est aussi en passe d'être totalement dépassée. "Aujourd'hui en moyenne les thèses dans notre université durent un peu plus de quatre ans et nous travaillons pour arriver progressivement aux trois ans pour tous, ce qui n'est pas loin d'être le cas dans les disciplines scientifiques alors qu'on se rapproche plutôt des cinq ans en sciences humaines et sociales", commente Agnès Florin. Mais il faut aussi compter avec des personnes en activité auxquelles on donne plus de temps.

"Avec sa réduction à trois ans et l'obligation de suivre certains cours la thèse a changé de statut pour devenir un véritable troisième cycle de formation à la recherche, conclut Laurent Batsch, président de l'université Paris-Dauphine. Ce n'est plus l'œuvre d'une vie mais un apprentissage qui sera utile au doctorant, qu'il devienne lui-même enseignant-chercheur ou qu'il se destine à des services d'études en entreprise. L'image du 'doux rêveur' qui collait au thésard est totalement dépassée et on comprend bien maintenant que la thèse est une formation de l'esprit professionnalisante."

Olivier Rollot

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

"Trois années de grande satisfaction intellectuelle"

"Pour moi la poursuite en doctorat n'avait rien d'évidente. Il a fallu que la start up dans laquelle j'étais en stage me convainque de poursuivre mon cursus avec elle." Marie-Cécile Klak, 26 ans, gardera finalement un très bon souvenir de son doctorat : "Ce furent trois années de grande satisfaction intellectuelle même si au début cela fait un peu peur de se lancer."

Effectué dans le cadre d'un contrat Cifre(*), le doctorat en biochimie de Marie-Cécile Klak portait sur la recherche de pansements pour accélérer la cicatrisation des grands brûlés. "Un sujet particulièrement passionnant pour moi qui avait envie de travailler dans un laboratoire."

Marie-Cécile Klak a aussi beaucoup apprécié d'être soutenue dans son projet professionnel par le Nouveau chapitre de la thèse, une autre initiative de l'Intelli'agence qui met en contact doctorants et entreprises. "Nous travaillons pendant une semaine en groupes de doctorants de toutes disciplines, juristes comme scientifiques ou gestionnaires, pour présenter un projet aux entreprises présentes. Cela nous permet de mieux mesurer toutes les compétences que nous avons acquises."

Alors qu'elle vient de rejoindre la prestigieuse université américaine de Yale pour un contrat de post doctorante, elle se félicite décidément d'avoir choisi la voie universitaire : "Cela correspondait mieux à mon tempérament. Je ne voulais pas être encadrée dans une prépa avec quelqu'un qui me dise ce qu'il me fallait faire. Je voulais être autonome et créative." Le portrait même d'une thésarde…

(*) Les conventions industrielles de formation par la recherche (Cifre) permettent de subventionner les entreprises qui embauchent un doctorant dans le cadre d'une collaboration de recherche avec un laboratoire public.

LEMONDE pour Le Monde.fr | 29.06.11 | 20h16

http://www.lemonde.fr/orientation-scolaire/article/2011/06/29/le-doctorat-nouveau-est-arrive_1541854_1473696.html

Les hautes écoles et la recherche passent au Département de l’économie

Cette fois-ci, c’est confirmé et officiel: le Secrétariat d’Etat à l’éducation et à la recherche (SER) ainsi que les écoles polytechniques fédérales rejoindront l’Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT) au Département fédéral de l’économie dès le 1er janvier 2013.  ...


Bernard Wuthrich

27/6/2011

Quelques informations allemandes récentes à caractère scientifique et technologique

Politique de la recherche


Selon une étude de la Conférence scientifique commune (GWK), l'Allemagne profite des financements de l'Union européenne en grande partie dans le domaine de la recherche. La part des financements européens dans le financement extérieur des organismes de recherche allemands a fortement progressé. La part de l'Europe dans les financements extérieurs des établissements d'enseignement supérieur allemand s'élevait à 9% en 2008 et atteignait 19% au sein des organismes de recherche. Au total, l'ensemble des acteurs de la recherche allemande (universités, centre de recherche,...) ont récolté, jusqu'à fin 2010, près d'un cinquième (18,6%) des fonds mis à disposition par l'Union européenne pour le Programme cadre de recherche et développement (PCRD). ...

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67106.htm



Un jury indépendant a annoncé le 22 juin 2011 la liste des 11 finalistes sur les 24 candidats pour le concours des Clusters de pointe allemands (Spitzencluster). Il s'agit du troisième appel d'offre pour cette initiative issue de la Stratégie Hightech du gouvernement fédéral allemand. Au final, chaque cluster sélectionné reçoit 40 millions d'euros du gouvernement pour 5 ans, à condition que les partenaires économiques (entreprises, collectivité locales,...) apportent au moins un montant équivalent. ...

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67107.htm


La Communauté Helmholtz (HGF) et le Laboratoire national pour l'énergie renouvelable américain (National Renewable Energy Laboratory - NREL) ont signé le 23 juin 2011 un accord de coopération dans le domaine de l'énergie solaire. ...
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67108.htm


Coopération


Huawei, un fournisseur mondial leader dans les solutions de télécommunications, a signé avec la ville de Düsseldorf (Rhénanie du Nord-Westphalie) une lettre d'intention pour construire un nouveau centre de recherche-développement (R&D). Ce centre de R&D en logiciels sera spécialement développé pour servir les opérateurs du réseau allemand. La ville de Düsseldorf aidera quant à elle Huawei dans la recherche d'un terrain approprié, ainsi que pour l'obtention des permis de travail nécessaires aux nouveaux employés, allemands mais aussi chinois. ...
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67109.htm


Environnement


C'est au cours de la 35ème session du Comité du Patrimoine mondial de l'UNESCO [1], qui se tient actuellement à Paris jusqu'au 29 juin, que les forêts anciennes de hêtres d'Allemagne ont rejoint la liste des différents sites classés "patrimoine mondial". Selon le Ministre fédéral de l'environnement (BMU), Norbert Röttgen, cette journée, très importante pour l'Allemagne, marque l'importance que l'Allemagne porte à la protection et à la conservation de la nature. ...
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67110.htm


Biotechnologie


La faculté de biologie, le Centre de biotechnologies (CeBiTec) [1] de l'Université de Bielefeld (Rhénanie-du-Nord-Westphalie) et leurs partenaires seront financés à hauteur de 2,5 millions d'euros par le Ministère de l'enseignement et de la recherche (BMBF) pour le projet "Réduction du génome de Corynebakterium". Ces recherches visent à améliorer les procédures de production de l'industrie de la biotechnologie et est coordonné par Volker F. Wendisch, Directeur de la chaire de génétique des procaryotes de la faculté de biologie et porte-parole de l'Institut de recherche génomique et de biologie des systèmes (IGS) du CeBiTec....
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67111.htm


Energie


Le DLR, Centre allemand de recherche aérospatial, établit un nouvel institut de recherche sur le solaire à Cologne, pour compléter ses autres centres se trouvant déjà à Jülich (Rhénanie du Nord-Westphalie), Stuttgart (Bade-Wurtemberg) et Almeria en Espagne.

Le DLR travaille principalement sur les techniques du solaire à concentration. Le nouveau centre devrait permettre de mutualiser les compétences de recherche du DLR (procédés, technologies, utilisation de la chaleur) depuis la recherche fondamentale jusqu'aux installations pilotes. La proximité du site de Jülich permettra de tester des composants à l'échelle de la centrale. ...
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67112.htm



La capture du CO2 à la sortie des centrales à charbon permet d'obtenir du charbon dit "propre" mais reste très coûteuse. En effet, le procédé de séparation du CO2 des autres rejets ralentit les réacteurs, et diminue leur degré d'efficacité de 10%. Différents chercheurs travaillent à développer des concepts qui utilisent moins d'énergie pour séparer le CO2. ...
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67113.htm


Matériaux


L'industrie automobile a déjà recours aux fibres naturelles en tant que matériau de renforcement dans les doublures de portières, tableaux de bord, tablettes arrière et revêtements intérieurs de toits des véhicules. Outre une faible densité, ces matériaux sont dotés d'une grande résistance et d'une haute rigidité.

L'Université des sciences appliquées (FH) de Hanovre (Basse-Saxe) franchit désormais une nouvelle étape dans le développement de biomatériaux pour l'industrie automobile. En partenariat avec l'entreprise Four Motors GmbH, le projet "Bioconcept Car" a pour but de développer, construire et tester les futurs éléments de carrosserie à base de bioplastiques et biomatériaux composites du véhicule Volkswagen Scirocco. ...
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67114.htm


Electromobilité


Sous la direction de Rudolf Voit-Nitschmann, les équipes de l'Institut de construction d'avions de l'Université de Stuttgart (Bade-Wurtemberg) ont développé et construit un avion électrique biplace "e-Genius". Lors d'un vol d'essai par temps calme dans l'Allgäu le 22 juin 2011, celui-ci a accompli une distance de 341km en 2h05 en consommant 46kWh, soit l'équivalent de 4L d'essence. ...
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67115.htm


Technologies de l'Information et de la Communication


Seulement 10 mois après l'initiation du projet et le début des travaux, les premiers équipements de lithographie sont en train d'être installés dans la nouvelle salle blanche de GlobalFoundries (ex AMD) à Dresde (Saxe). Un record de timing pour cette industrie aux équipements colossaux et onéreux, comme déclarait à juste titre Elke Eckstein, Directrice de GlobalFoundries Dresde. ...
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67116.htm

Les Tunisiennes prennent possession de la Toile

Créé le 29/06/2011 à 19h34

Lire la suite  http://www.20minutes.fr/article/750273/tunisiennes-prennent-possession-toile

Un tiers des "multiconnectés" passe quatre heures par jour sur le Web

Les adeptes de la muli-connexion à Internet, ou "everynautes", représentent maintenant le tiers des internautes, et passent en moyenne plus de quatre heures connectés à la Toile chaque jour, selon une étude réalisée par l'institut CSA en partenariat avec iligo.

"L''everynaute' est celui qui se connecte quotidiennement à Internet sur au moins deux types d'écran" – smartphone, ordinateur, télévision connectée, portable ou tablette – précise Bernard Sananes, président de l'institut.

Cette nouvelle catégorie d'individus multiconnectés "représentent déjà un tiers des internautes (30 %) et leur temps moyen de connexion sur Internet est de quatre heures douze minutes par jour", ajoute-t-il. Ce phénomène de masse "traverse toute la société avec une légère surreprésentation des hommes et des catégories socioprofessionnelles supérieures", détaille-t-il. (...)

LEMONDE.FR avec AFP | 29.06.11 | 20h07

Lire la suite  ici

L'OCDE publie des recommandations pour encadrer le développement d'internet

PARIS - Les pays membres de l'OCDE ont publié mercredi des recommandations destinées à encadrer le développement d'un internet ouvert, qui n'ont cependant pas totalement convaincu les représentants de la société civile, au terme d'une conférence sur l'économie de l'internet.

Les participants à cette réunion de deux jours, au siège de l'OCDE à Paris, ont souligné dans un communiqué final le besoin de maintenir un internet ouvert et décentralisé, garanti par une approche incluant toutes les parties prenantes: gouvernements, entreprises, société civile et techniciens.

Tout en soulignant l'importance pour les gouvernements de respecter les droits fondamentaux en matière d'internet - protection des données personnelles, des enfants et de la propritété intellectuelle - le texte rappelle le poids fondamental de la Toile dans les économies nationales.

C'est une étape fondamentale pour le maintien d'un internet ouvert à travers le monde, a indiqué à l'AFP un des conseillers en technologie auprès de la Maison blanche, Daniel Weitzner.

Ce sont des recommandations non contraignantes sur les principes de base de l'internet, et qui serviront de base de travail pour la suite des discussions sur le sujet, a précisé Taylor Reynolds, économiste à l'Organisation pour la coopération et le développement en Europe (OCDE).

La force de l'OCDE est de pouvoir rassembler autour d'une même table les gouvernements, les sociétés gérant l'aspect technique d'internet, ainsi que les représentants de la société civile. Mais trouver un accord avec tous est très difficile. Nous devions trouver une solution +du milieu+, qui convienne à tous les pays, a-t-il ajouté.

Les membres de la société civile ont choisi de ne pas soutenir l'intégralité du communiqué final, a cependant annoncé lors de la session finale une porte-parole du CSISAC, qui représente plus de 80 associations de la société civile, Anriette Esterhuysen.

Après de longues discussions, le CSISAC a décidé que le renforcement de la protection de la propriété intellectuelle voulu par l'OCDE n'était pas acceptable au regard du préjudice que cela causerait aux libertés fondamentales.

Toutefois, cela ne doit pas être interprété comme un rejet du processus, bien au contraire, il a été extrêmement positif, et nous nous félicitons de pouvoir continuer à y participer, a ajouté Mme Esterhuysen.

Par ailleurs, le thème sensible de la neutralité d'internet (égalité de traitement des contenus et des vitesses d'acheminement) ne figurait pas officiellement au menu et aucune mention n'en est faite dans le communiqué final.

Mais l'appel à favoriser un accès non-discriminatoire aux contenus énoncé par le texte a fait l'objet de débats acharnés, les représentants des industries demandant, en vain, son retrait pour garder la possibilité de filtrer les contenus pour des raisons commerciales.


(©AFP / 29 juin 2011 16h12)


romandie.com/news

Faut-il revoir la classification des galaxies elliptiques ?

Les galaxies sont généralement classées en trois grands types. D’après les astronomes du projet Atlas3D, la séparation entre galaxies elliptiques et spirales n’est parfois pas aussi tranchée qu’on ne le croyait. Il faudra probablement revoir la théorie de l’évolution des galaxies.
Voilà moins d’un siècle que l’on est sûr que des objets comme la galaxie d’Andromède ou M 87 sont bien des concentrations d’étoiles similaires à la Voie lactée, mais n’en faisant pas partie. Confirmant les intuitions de Thomas Wright et Emmanuel Kant, cette découverte a été faite par Edwin Hubble au début des années 1920. Plus tard, l’astronome et cosmologiste donna même une classification des galaxies, censée représenter un schéma évolutif. La séquence de Hubble n’est plus considérée comme telle aujourd’hui mais on continue à présenter la classification morphologique des galaxies qu’elle constitue.

Elle comporte trois grands types. Il y a les spirales, contenant d’importantes quantités de gaz et de poussières, avec un disque où l’on trouve de jeunes étoiles et un bulbe plus ou moins important contenant des vielles étoiles. Viennent ensuite les elliptiques, principalement constituées de vieilles étoiles et pauvres en gaz et poussières, qui ont une structure sphéroïdale. Et enfin les irrégulières, de plus petite taille et riches en jeunes étoiles.


Le projet multiplateforme francophone sur la cosmologie contemporaine. © Groupe ECP, www.dubigbangauvivant.com/YouTube


(...)

Par Laurent Sacco, Futura-Sciences

Lire la suite  ici

Des stations photovoltaïques dans 54 lycées de Midi-Pyrénées

TOULOUSE - Au moins 54 lycées de Midi-Pyrénées vont être équipés de centrales photovoltaïques, qui seront exploitées par des entreprises spécialisées, une volonté de la région de donner un coup de pouce à une filière malmenée et aux énergies renouvelables, a annoncé mercredi le conseil régional.

Les 45 000 m2 de panneaux photovoltaïques produiront 5.000 kWc (kilowatts crête), précise la région, soit la consommation moyenne de 1.800 foyers.

Des entreprises installeront des panneaux photovoltaïques sur les toitures des établissements et pourront vendre l'énergie produite. Pour cela, elles verseront une redevance au conseil régional et interviendront pour des opérations de sensibilisations dans les lycées.

Les travaux doivent débuter en 2012.

Pour l'instant 54 lycées sur un total de 120 établissements en Midi-Pyrénées sont concernés, mais une entreprise doit encore répondre à un appel à projet dans le Tarn et l'Aveyron. ...

(©AFP / 29 juin 2011 17h37)
romandie.com/news