Suivre par Email

mardi 31 mai 2011

Galileo : les deux premiers satellites lancés le 20 octobre

Les deux premiers satellites opérationnels de la future constellation Galileo seront lancés depuis la base de Kourou le 20 octobre prochain.

Constellation GalileoAlors que le projet de système de positionnement par satellite ( en anglais GNSS ) européen Galileo a connu une naissance mouvementée ... , et que la question de son financement à long terme n'est pas réglée, sa concrétisation reste d'actualité même si son lancement aura finalement plusieurs années de retard ( ce qui aura permis à d'autres systèmes d'émerger, comme le Glonass russe ).

Si deux satellites de test sont en orbite, il faut maintenant envoyer la constellation ( composée d'une trentaine de satellites ) dans l'espace. La Commission européenne vient d'annoncer qu'un premier lancement depuis la base de Kourou ( Guyane française ), le 20 octobre prochain, va permettre d'envoyer en orbite les deux premiers satellites opérationnels.

Pour Antonio Tajani, de la Commission, " ce lancement est d'une importance historique. L'Europe démontre qu'elle a la capacité d'être à la pointe de l'innovation technologique. Des milliers de PME européennes pourront exploiter de nouveaux débouchés commerciaux et créer et développer leurs produits en se basant sur la future infrastructure de Galileo. Les citoyens auront aussi d'importants bénéfices. .... "


C'est aussi une question d'indépendance
L'optimisme de Tajani vient contrebalancer les critiques sur le gouffre financier potentiel que représente la mise en service puis la maintenance du système Galileo, au regard d'arguments économiques qui étaient crédibles dans le cadre d'un lancement dès 2008 mais qui se sont émoussés avec les retards accumulés et l'apparition programmée de nouveaux GNSS, tandis que le système GPS est en cours de rénovation.

Mais les opportunités du marché de l'aérospatial restent énormes, économiquement et stratégiquement. La Commission y voit " une valeur ajoutée à l'économie européenne de l'ordre de 60 milliards d'euros sur une période de 20 ans sous forme de revenus supplémentaires pour l'industrie et d'avantages publics, sans compter les gains inestimables en terme d'indépendance. " ...
 Avec ce premier lancement, qui sera suivi par d'autres dans les deux ans à venir, la Commission espère une mise en service du système Galileo d'ici 2014 ( à l'origine, le projet devait être lancé...en 2008 ). Mais il faudra attendre 2019 pour que l'ensemble de la constellation soit mise en orbite.

Le lundi 23 mai 2011 à 13:01 par Christian D.
generation-nt.com

Le Japon prévoit de mettre des panneaux solaires sur toutes les nouvelles constructions




Le projet ... a pour objectif de montrer la volonté du Japon à encourager l’innovation technologique et promouvoir une plus large utilisation de l’énergie renouvelable, a déclaré le Nikkei daily. ...

... le Premier Ministre, Naoto Kan, ... devrait ... dévoiler un projet pour accélérer l’utilisation des énergies renouvelables et réduire la consommation d’énergie. Kan pense que l’installation obligatoire des panneaux solaires sur toutes les nouvelles construction (immeubles, maisons individuelles) aiderait le Japon à atteindre de tels objectifs, a déclaré le Nikkei.

Il espère que l’innovation technologique va faire baisser les coûts pour générer l’énergie solaire et par conséquent, d’étendre l’utilisation de l’énergie renouvelable.



Innovate or die trying?

Business model innovation is not icing on the cake… it might be the best way to enable your company to go further and ensure its future.
 
Crisis and innovation. It is often said that creativity is the key for success. Over the past few months, and the economic difficulties that most companies had to face, many managers have searched for the best way to reinvent their business model. The question is then: is there really a way to reinvent it? Is it only wishful thinking, or are there ways to radically change your daily business?

For Marc Sniukas, senior consultant at Doujak Corporate Development, there is no such debate: “Of course, business model innovation does exist! Look at companies like Southwest Airlines, Amazon or Dell to mention just the obvious ones. Other companies, more established ones, have started to innovate their business models. Indeed, Amazon still does it. Daimler has done it with Car2Go, just like McDonald’s did it with the McCafé. Where are the latest ‘innovations’ in this field? In general companies are trying to find new business models to make use of new technologies, others are trying to create new markets.”

One of the trends that emerged over the last years is the subscription model, in comparison to the classic sale. Auto manufacturers don’t sell you a car anymore; they mostly sell you a lease, and sometimes some kind of service level agreement with the vehicle. For Marc Sniukas, this is “an example of a new revenue model, which is part of the business model. The freemium model is another example.”

Freemium is a business model that splits the offer in two: on the one hand, a basic product, free of charge. On the other hand, a premium product, with a fee to access more advanced features. Companies have now widely adopted this model for online services or traditional software.

Innovation is not limited to a particular sector, or a particular company profile. Marc Sniukas underlines the fact that “established companies surely face different challenges than start-up, but they still can innovate.” The main problem is that business model innovation is more risky for large companies: “It potentially effects the business as a whole. On a more personal level, it is challenging, as we have to change our mental models, the way we are used to see things and think about them. That’s usually the first challenge to overcome.”

So, business model innovation is also a personal and team management challenge. To help them overcome the difficulties, companies have tools at their disposal: “There are methods that really work! It pays to start with outlining your existing model and the dominant model in the industry. Often a good representation, and there are good tools for visualizing it, can already give you new insights. We have developed discussion guides, collections of strategies and examples that we use as inspiration.”
Are crisis a better time for such business model innovation, or are they just as good as any other? “The crisis has certainly advantages and also challenges to it: the advantage is that many companies feel the pressure to do something new and are more prepared to think about, and try out, new approaches. The downside is that time is lacking… and operational matters might be more urgent than thinking about new markets, new value propositions and new ways of doing business.”  ...


Marc Sniukas (Doujak Corporate Development)
Mardi 31.05.2011 | 22:44    paperjam.lu

L’innovation éco-technologique dans le secteur de la construction

Le bâtiment est dans l’Union européenne, et au Luxembourg en particulier, un gouffre d’énergie primaire (+ de 40% de l’énergie totale consommée). A l’heure où nous avons atteint le pic de production du pétrole, les économies d’énergie sont devenues un enjeu économique, social et écologique majeur pour ce secteur.

Le concept de bâtiment à énergie positive est en phase de s’imposer comme LE challenge du futur. Il présuppose une rupture technologique, et de comportements autant qu’une évolution exponentielle des compétences dans le secteur de la construction.

Neobuild SA,  www.neobuild.lu , créée le 4 mai dernier par CDEC ..., est une initiative privée sectorielle visant à stimuler, promouvoir la Recherche, le Développement et l’innovation dans le secteur de la construction. Ses objectifs visent à accompagner cette rupture technologique en créant le premier Pôle d’innovation technologique de la Construction durable.

Neobuild sera une plateforme destiné à promouvoir l’éclosion de solutions technologiques innovatrices en provenance des PME, de coordonner et d’assurer la gestion de leur développement et de soutenir leur implantation au sein du secteur luxembourgeois de la construction.

Neobuild SA articulera sa mission de Pôle d’innovation technologique de la construction durable sur trois piliers:
  • Veille technologique et normative, information et sensibilisation, transfert de technologies de la construction durable, développement de nouveaux métier/compétences
  • Développement et accompagnement de projets d’innovation technologique, identification de projets R&D porteurs et innovants pour le secteur et le Luxembourg, identification de partenaires
  • Développement organique de projets d’innovation technologique de la construction durable.
Les domaines d’innovation seront étroitement liés au secteur de la construction durable et plus spécifiquement viseront à accompagner et développer des solutions innovatrices. ...


Société à la source:  Neobuild
COMMUNIQUE DE PRESSE | Industrie | Communiqué le 24.05.2011
 
paperJam.lu   Mardi 31.05.2011 | 22:08

Musée informatique : c'est une disquette mon fils !


Résumé : Le premier musée dédié à l'informatique a ouvert ses portes à Grenoble dans l'Isère. Pour les enfants qui le visitent, le conservatoire de l'aventure internet c'est Jurassic Park !

Durée : 3 min 01
Date : 31 mai 2011
Auteur : Etienne PRIGENT

Source de la vidéo :
Musée informatique : c'est une disquette mon fils ! Vidéo LCIWAT sélectionnée dans Actualité

le F406 retenu pour photographier et cartographier la Tuunisie a été livré

En Juin 2009, les autorités tunisiennes avaient retenu la solution technique de cartographie aérienne proposée conjointement par Reims Aviation et IGN France International. L'avion vient d'être livré. C'est le deuxième appel d'offres que les deux entreprises remportent ensemble à l'international..

En décembre 2008, l'Office de Topographie et de cartographie (Ministère de la Défense tunisien) avait lancé un appel d'offre international pour réaliser la cartographie de son territoire avec des outils performants. La solution technique proposée par IGN France International et Reims Aviation avait été retenue.

L'avion, 97ème F406 produit par Reims Aviation, a été livré début Mai à l'office de Topographie et de Cartographie tunisien.

Avion bi-turbopropulseur, le F406 de Reims Aviation est particulièrement adapté aux missions de surveillance aéroportée légère, avec l'intégration de systèmes de dernière génération. Cartographie, lutte anti-pollution, surveillance des zones de pêche, surveillance des frontières, transport de passagers et de fret? Capable de remplir de nombreuses missions, le F406 est apprécié par les opérateurs et par les pilotes pour sa robustesse, sa facilité de mise en oeuvre et son coût d'exploitation particulièrement compétitif.

Il a été équipé d'une caméra numérique DMC® grand format de la marque Hexagone, d'une console dédiée au maniement de la caméra et un écran permettant au pilote de s'aligner sur les axes du plan de vol défini préalablement.

Le système numérique DMC permettra de remplacer les équipements de prise de vue argentique utilisés jusqu'alors. Un important support technique pour la prise de vie aérienne est fourni. Il repose sur des vols tests, le traitement des images, ainsi que l'aérotriangulation.

Enfin, il est important de souligner qu'un important volet formation portant dispensé par IGN France International, vient compléter ce support technique. Environ une dizaine de personnes de l'Office de Topographie et de Cartographie de Tunisie (OTC) suivra 3 semaines de formation initiale sur la base aérienne El-Aouina à Tunis. Ce cycle sera complété par des cursus de perfectionnement en France, puis de nouveau en Tunisie. Les formations portent sur le fonctionnement de la caméra en vol, le traitement des images et l'exploitation photogrammétrique des images produites.

Communiqué de presse

31 mai 2011

TF1.fr

Les entrepreneurs d’aujourd'hui créent des entreprises d’un nouveau type... pour demain

L’idée de bâtir un monde nouveau, différent, l'activité économique sera plus en phase avec les aspirations de chacun dans la société intéresse de plus en plus les entreprises. Et ce, dans bien des pays.

Si des pays, notamment d’Europe du Nord (Suède, Danemark, Finlande), se préoccupent depuis longtemps du bien-être de leurs salariés, cette attitude s'installe peu à peu aussi en France.

Vers quelles formes d’organisation et d’activité allons-nous ?
  • On va toujours chercher à produire des richesses mais en créant aussi du bien-être pour les collaborateurs de l’entreprise.
  • Les entreprises vont produire de plus en plus pour l’environnement et pour la société ; elles seront plus vertes.
  • L’intérêt général et le capital social seront mis en avant.
  • Le temps sera envisagé de façon nouvelle, pour réfléchir, prendre du recul, créer.
  • Ces nouvelles entreprises donnent du sens à la vie des salariés : l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle sera préservé.
  • Dans ces entreprises, on apprendra en permanence : il y aura une vraie volonté de transmettre son savoir.
  • La communication sera sans tabou : blogs de salariés, échanges entre les salariés et la hiérarchie, horaires flexibles.
  • La formation au sens large sera encouragée.
  • La parité homme-femme sera respectée (enfin !).
  • Les entreprises seront plus internationales, elles fonctionneront sur le mode réseau.
  • Et bien sûr, internet y aura de plus en plus d’importance.

L’eau de la source : Place Publique du 7/01/2011
Voir le classement des entreprises françaises où il fait bon travailler.



Echec entrepreneurial : 10 (mauvaises) façons d'échouer

1. La demande pour le produit ou le service proposé est tout simplement insuffisante.

2.L’entrepreneur suit son chemin obstinément sans être à l’écoute de son environnement. Il fuit le risque et les oppositions.

3.L’entreprise croît à une vitesse vertigineuse et devient incontrôlable (c’est sans doute une des raisons les plus tristes d’aller à l’échec !).

4.Les chiffres n’existent pas ou ne correspondent pas à la réalité : la gestion des comptes est mauvaise.

5.L’entreprise n’a pas de coussin de trésorerie, le moindre événement (perte d’un client important, entrée d’un nouveau concurrent sur le marché, etc.) peut alors la mettre en péril.

6.Manque de régularité dans les affaires (pas de commandes continues sur des produits clés).

7.Les coûts de main d’œuvre, de location ou de matériel sont trop élevés.

8.La gestion de l’entreprise dysfonctionne : absence de vision stratégique, de planification ; mauvaises relations avec les partenaires.

9.L’entrepreneur n’a pas anticipé sa succession : bien des entreprises familiales ne survivent pas au départ de leur fondateur.

10.L’entreprise ne sait pas réagir aux modifications du marché et aux nouvelles attentes des consommateurs.

Source : NY Times du 5/01/2011

Surveiller les ressources en eau depuis l’espace

L’identification de petites variations de la gravité terrestre permet de repérer et les endroits où les eaux souterraines sont menacées par une trop forte demande.

Carte des anomalies du champ de gravité construite à partir des données fournies par GRACE Nasa
Carte des anomalies du champ de gravité construite à partir des données fournies par GRACE Nasa
 
 
 
 
 
Surveiller l’eau sur Terre depuis l’espace

Parmi ces zones, les scientifiques ont identifié des endroits aussi différents que l’Afrique du Nord, le nord de l’Inde, de la Chine ou encore la San Joaquin Valley, au cœur de la Californie. Cette identification a été rendue possible grâce aux données fournies par les satellites jumeaux de la mission GRACE (Gravity Recovery And Climate Experiment).

GRACE utilise un système de mesure de distance reposant sur des émissions micro-ondes qui calcule les variations de vitesse et de distance entre deux satellites identiques. En mesurant de manière continue les modifications de distance entre les deux satellites et en combinant ces informations avec la position des satellites fournie par des récepteurs GPS, les scientifiques peuvent reconstituer une carte détaillée du champ de gravité terrestre.

Des variations dans le champ de gravité terrestre permettent d’estimer la distrubition de l’eau sur et sous la Terre. « Grace voit tous les changements dans la glace, dans le stockage de la neige et de l’eau, toutes les eaux de surface, l’ensemble de l’humidité du sol et toutes les eaux souterraines » explique le Dray S. Famiglietti, directeur de l'université du centre de la Californie pour la modélisation hydrologique.


Des résultats qui dérangent

Les modélisations des prélèvements en eau réalisées grâce aux données de GRACE montrent que dans beaucoup d’endroits du monde l’eau souterraine est menacée. « L’eau est une ressource qui a été abondante. Mais maintenant nous avons le changement climatique, nous avons la croissance démographique […] et nous avons satellites qui nous montrent que nous sommes en train de menacer cette ressource » poursuit le scientifique.

Malheureusement, lorsqu’il fait part de ses résultats il n’est pas toujours bien accueilli par les décideurs politiques locaux de même que par d’autres hydrologues. « Imaginer un satellite en l’air en train de mesurer les eaux souterraines peut paraître étrange, surtout à un hydrologue traditionnel » souligne John Wahr, géophysicien à l'Université du Colorado.

De même nombre de décideurs locaux, en Californie comme en Inde, ont reçu ces résultats avec beaucoup de réticence. « Lorsque dans un pays comme l'Inde vous dites : nous faisons quelque chose qui n'est pas viable et nous devons changer, eh bien, les gens résistent au changement. Le changement est coûteux » conclut Sean Swenson également affecté à la mission Grace.


J.I.
Sciences et Avenir.fr

31/05/2011

Two new EU proposals for benchmarks – mobility and employability

Tasked by the Council of the European Union to propose two EU-level benchmarks in the fields of employability of graduates and ‘learning mobility’, the European Commission has now completed this assignment by putting forward its suggestion in the two areas. The two proposed benchmarks would, if and when adopted by the European Council, complement the list of five previously set targets which are seen as instrumental for the success of the Europe 2020 strategy. In particular, the two new benchmarks support the related EU flagship initiatives – Youth on the Move and the Agenda for New Skills and Jobs....

In both areas, the Commission outlines possible approaches for setting the EU-level targets
  • On employability, the proposed benchmark reads as follows: “By 2020, there should be an increase by at least 5 percentage points in the employment rate of graduates (20-34 year olds) having left education, measured as an average of employment rates 1, 2 and 3 years after graduation.”

  • On ‘learning mobility’ in turn, the Commission document makes a distinction between the higher education and the vocational education sectors. In the field of higher education it confirms the Bologna Process target - at least 20% of graduates should have a learning mobility experience abroad by 2020 - specifying that: “Learning mobility should be defined as physical mobility. Worldwide mobility of EU graduates would be taken into account and it would include both short term (credit and non-credit) and long term (degree) mobility in all tertiary cycles. The minimum duration should be in line with the Erasmus definition of mobility i.e. minimum of 3 months (2 months minimum for placements organised by so-called short cycle higher education institutions) or alternatively mobility resulting in at least 15 ECTS credits.”

In both areas the document makes proposals on how data availability could be improved, which is an essential element for the proper assessment of target achievement.

European Commission

ACA Newsletter
Edition 121 - May 2011

Quelques informations relatives à la création d'entreprise

Création d'entreprise : c’est bientôt, la Semaine du microcrésit 
"Je veux créer mon entreprise mais je suis au chômage et je n’ai pas d’argent"
Solution : les microcrédits
En France : L'Adie vous aidera peut-être à devenir entrepreneur. C’est une association reconnue d'utilité publique qui aide des personnes exclues du marché du travail et de l’accès au système bancaire à créer leur entreprise et donc leur emploi en proposant des microprêts. Sachez qu’en complément du microcrédit, l'Adie propose aux micro-entrepreneurs un accompagnement adapté à leurs besoins.
L'Adie organise pour la 7ème année consécutive la Semaine du Microcrédit; ce sera du 7 juin au 11 juin 2011. Pendant ces 5 jours, des forums seront organisés dans les lieux publics, un peu partout en France et dans les DOM-TOM : places d’hôtel de ville, rues piétonnes, galeries commerciales, marchés… La Semaine du Microcrédit s'adresse à tous ceux pour qui œuvre l’Adie : demandeurs d'emploi, travailleurs indépendants, salariés précaires exclus du système bancaire classique, et qui souhaitent créer leur entreprise.
Les entrepreneurs en herbe sans capital disposent ainsi une porte où frapper pour créer sa petite entreprise. cliquez ici 
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PlaNet Finance vient de construire une plateforme de prêt en ligne, destinée aux micro-entrepreneurs du monde entier : son nom MicroWorld.
PlaNet Finance est une organisation de solidarité internationale, créée en 2009 à l’initiative de Jacques Attali et de Arnaud Ventura, dont la mission est de lutter contre la pauvreté par le développement de la microfinance. Objectif : améliorer l’accès aux services financiers pour les populations pauvres qui en sont exclues. PlaNet Finance est active dans 80 pays.
Qu’apporte MicroWorld aux entrepreneurs ?
C’est un lieu de microfinancement pour des microprojets entrepreneuriaux. Comme cela se fait sur d’autres plates-formes de microcrédit, chaque prêteur peut y gérer et suivre les différents prêts qu’il accorde à un ou des micro-entrepreneurs, un peu partout dans le monde. Des prêteurs peuvent se regrouper en communautés autour d’un même projet. Le prêteur peut participer au financement d’une micro-entreprise en investissant seulement 20 €.
Les plateformes de micro-crédit en ligne se multiplient. Voir aussi : Kiva, Babyloan, MicroPlace,MyC4, dhanaX
Même si le microcrédit a ses contradicteurs, rappelons la centaine de millions de personnes qui bénéficient ou ont bénéficié de la microfinance pour lancer ou développer une petite entreprise. Pour une réflexion sur le sujet, c'est ici.

 -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Google, Oxatis et SFR viennent de mettre en place un site pour aider les entrepreneurs à rendre leur entreprise plus visible sur le Net. Ils proposent la plateforme ‘Mon entreprise en ligne’ : www.meel.fr.
Sur meel.fr, l’entrepreneur peut créer un site web gratuitement et de façon intuitive. Est également inclus l'hébergement gratuit du site pendant un an, et pour ceux qui le souhaitent par la suite, l’abonnement à ce service pour 5€ HT / mois.

 -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Son objectif : booster l’activité des auto-entrepreneurs en créant une relation unique entre clients et fournisseurs. Il s’agit de mettre en relation directe les auto-entrepreneurs et les demandes émanant de particuliers ou d’entreprises.
Ce site coûte 55 euros par an aux auto-entrepreneurs.
Particuliers et entreprises s’inscrivent gratuitement sur le site et ont accès à un annuaire de professionnels et à un choix de compétences par zone géographique.
Pour des recherches de savoir-faire très spécifiques, un espace est réservé aux entreprises.
 Auto-entrepreneurs, c'est ici.

 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Peter Thiel est l’un des fondateurs de Paypal (en 1998). Aujourd'hui milliardaire, il est investisseur (il a très tôt investi dans Facebook) et philanthrope.
Il vient de créer le Thiel Fellowship, une bourse visant à aider de tout jeunes entrepreneurs prêts à se lancer dans l’entrepreneuriat avant même la fin de leurs études. C’est ainsi que 20 jeunes de moins de 20 ans ont reçu 100 000 dollars pour créer leur entreprise.
L’objectif de Thiel : encourager tous ces jeunes américains qui ont des idées innovantes, notamment dans les nouvelles technologies : « Our world needs more breakthrough technologies. From Facebook to SpaceX to Halcyon Molecular, some of the world's most transformational technologies were created by people who stopped out of school because they had ideas that couldn't wait until graduation. This fellowship will encourage the most brilliant and promising young people not to wait on their ideas, either » indique-t-il.
La dotation du Thiel Fellowship leur permet de passer de l’idée à l’acte sans perdre de temps.

 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Un récent rapport international co-publié par l’INSEAD et le World Economic Forum place l’Australie au 1er rang des pays entrepreneuriaux pour la rapidité avec laquelle on peut y créer une entreprise.
Classements intermédiaires : 7ème pour son cadre politique et réglementaire ; 13ème pour l’environnement général ; 12ème pour l’accès au capital risque.
Alors que les entrepreneurs australiens avaient tendance à tester d’abord leur idée en Australie pour s'en aller ensuite monter leur entreprise aux Etats-Unis, il n’en est plus rien aujourd'hui.
L’Australie montre cependant des signes de faiblesse à l’égard de l’entrepreneuriat dans le secteur des NTIC. Elle se classe seulement au 22ème rang sur ce point, derrière les Etats-Unis, le Royaume-Uni, Singapour et Taiwan.

 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le site toute-la-franchise.com donne une très longue liste de franchisseurs situés sur des niches de marché et dans lesquels entreprendre en tant que franchisé. Tous les secteurs sont représentés : alimentaire, automobile, bâtiment, habitat, loisirs, restauration, santé-beauté….

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dans le cadre de son programme de sensibilisation à l'esprit d'entreprendre, l'Agence wallonne de stimulation économique (ASE) met à disposition des enseignants du secondaire une bande dessinée permettant de travailler l'entrepreneuriat avec les élèves.
Son titre ? Antoine et Laura créent leur entreprise.
Sur une quarantaine de pages, elle raconte de façon ludique l’histoire de deux personnages qui en développant leur propre marque de sport, créent leur entreprise. En les accompagnant dans leur aventure, les élèves découvrent les différentes étapes nécessaires pour se lancer dans le processus de création.
L'histoire est accompagnée d'un livret du professeur et d'un cahier d'exercices. Vous pouvez la feuilleter ici.
Une autre bande dessinée Lucy et Valentin créent leur entreprise écrite dans le même esprit en 2008. Elle est disponible ici.

 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

C'est sous ce nom que ACCEDE Provence Entrepreneurs (Euromed Management) organise un grand concours Euro-méditerranéen de la création d’entreprise. LE PHARE est ouvert aux étudiants et demandeurs d'emploi du Sud de la France et de la zone Euro-Méditerranée.
Tout ce que vous voulez savoir est en haut du PHARE : http://accede-provence.com/

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le nombre de créations d'entreprises a littéralement explosé depuis 2 ans en France, on le sait, du fait du statut de l'auto-entrepreneur (plus de 332 000 entreprises créées en 2008 et plus de 620 000 créées en 2010 !). Ce nouvel entrepreneuriat est-il favorable à l'emploi ?
A l'occasion du récent Salon des entrepreneurs de Paris, l'APCE et l'institut Opinion Way ont réalisé un sondage auprès d'entrepreneurs français pour évaluer le taux de créations d'emplois généré par les créations d'entreprises.
Tous les chiffres : télécharger les données de ce sondage (35 slides), février 2011 - Source : Opinion Way et APCE

 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Utiliser des technologies mises au point et brevetées par l'armée et les transformer en produits commercialisables dans le secteur médical, tel est l'objectif du partenariat noué entre la Marine américaine et le Centre d'entrepreneuriat de la Ball State University dans l'Indiana.
Les étudiants en entrepreneuriat travaillent directement avec les scientifiques et les ingénieurs pour identifier les innovations qui peuvent faire l'objet d'opportunités d'affaires.
Dans ce partenariat atypique, tout le monde est gagnant : l'armée, qui voit ses innovations commercialisées et les étudiants qui, pour y parvenir, doivent savoir détecter des potentialités entrepreneuriales puis réaliser le business plan.

Source :
PRWeb du 25/02/2011

 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le JDN Economie du 9/02/2011 s’appuie sur le récent rapport de la Commission Attali pour rappeler les grands secteurs qui seront porteurs pour faire des affaires d’ici à 2050… Il met en avant les innovations de pointe dans ces secteurs.
Des idées à prendre pour créer son entreprise ?
En synthèse, 7 grands domaines d’activité et leurs belles innovations :
  1. Le BTP : stores photovoltaïques, papier peint lumineux, chaudières produisant de l’électricité…
  2. Les transports : navire de croisière écologique, taxis automatiques et électriques, location de voitures de type Autolib.
  3. La santé : l’apparition à venir du cœur artificiel, des kits SOS, des prothèses et des outils de diagnostic.
  4. Les technologies numériques : le secteur du livre électronique, la miniaturisation, le contrôle à distance (pilotage de la télévision via les gestes de la main, le contrôle d’un ordinateur par la pensée) ou l’essor des robots domestiques.
  5. L’alimentation : tendance écologique (fruits nécessitant moins de pesticides, chewing-gums biodégradables, etc.), tendance nutrition/santé (produits alimentaires participant à la lutte contre l’obésité par exemple), demande pour une plus grande traçabilité.
  6. La chimie verte : développement de la première génération de biocarburants (utilisation des co-produits, notamment la glycérine végétale, pour l’élaboration d’intermédiaires chimiques) ; la deuxième génération viendra se substituer principalement au kérosène dans le secteur aéronautique à partir de 2020.
  7. L’habillement : vêtements thermorégulateurs permettant d’absorber ou de dégager de la chaleur, vêtements anti-eczéma ou chaussures permettant d’augmenter l’activité musculaire.
Télécharger le rapport Attali (236p, octobre 2010)
 D'autres secteurs qui montent ! (déjà publié ici en avril 2010).

 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cécile et Damien sont les deux acteurs d’un module pédagogique virtuel élaboré par la Chambre de commerce et d'industrie de Paris pour les porteurs de projets en début de parcours. L’accès est gratuit !
Il s’agit d’une animation présentant les étapes clés pour passer de l’idée au projet. Chacun peut se construire un parcours à la carte, guidé par Cécile et Damien : financement, business plan, étude de marché, accompagnement, aides… tout au long de l'animation, des quizz et des jeux pédagogiques sont proposés pour tester les bases de son projet et ses connaissances.
Voilà un outil simple et interactif conçu sur le principe du e-learning pour les créateurs futurs entrepreneurs.  C’est ici
Encore plus d’infos pour les porteurs de projet : www.entreprises.ccip.fr/web/creation

 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Claude Ananou, chargé de formation au service de l'enseignement du management à HEC Montréal et Claude Thériault ont développé une méthode qui pourrait remplacer le business plan ; il s'agit de la méthode SynOpp.
Au contraire du business plan dans lequel l'entrepreneur s'efforce de tout prévoir, la méthode SynOpp se base sur l'intuition : "on part d'une intuition et non d'une idée, pour arriver à une opportunité d'affaires".
"Les porteurs de projets sont incités à trouver des personnes intéressées par leur produit ou service", des adeptes auprès desquels ils vont tester leur intuition. L'avantage est de mettre immédiatement le futur entrepreneur dans l'action et d'éviter le côté paralysant du business plan. La méthode SynOpp s'appuie "sur l'identification du besoin du client et non sur ce que les porteurs de projet veulent faire". Cette méthode mise en place depuis deux ans au Québec doit toutefois encore faire ses preuves.

 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voici un site sympa pour créatifs et entrepreneurs. Chacun peut y proposer son idée d’affaire à créer, les internautes apprécient et jugent de la viabilité de l’idée : "peut marcher / marchera pas". Pour chaque idée, sont indiqués l’investissement de départ, le niveau d’originalité, les risques.

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le réseau J’Innove en Nord-Pas de Calais vient de publier le Guide du Créateur d’Entreprise Innovante.
Ce guide concerne tout projet ayant un caractère innovant, bien sûr, mais aussi un potentiel de développement, mettant en œuvre des technologies ou savoir-faire récents ou encore des services à haute valeur ajoutée. Le projet peut être issu d’une valorisation de la recherche, être en lien avec la recherche ou s’appuyer sur les compétences d’un laboratoire de recherche.
C’est un guide pratique à destination des futurs entrepreneurs avec des informations sur la méthodologie de création d’entreprise, sur les aides financières, les structures d’accompagnement dans la région (incubateurs, ruches et pépinières), ainsi que des exemples d’entreprises innovantes et l’interview de leur créateur.

 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Parce que leur entreprise est à la fois écologique et innovante, Jeanne Granger et Sylvie Bétard ont reçu le Prix Eco-Innovation décerné en décembre dernier par CréaRîF.
Avec La Réserve des arts , ces deux jeunes entrepreneures se situent tout à fait dans la dynamique de l’éco-entrepreneuriat en donnant une dimension professionnelle au concept du ré-emploi.
CréaRîF Entreprendre Autrement’ promeut l'entrepreneuriat dans l'économie sociale et solidaire.

 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Un livre d'entrepreneuriat d'un nouveau genre : Agir pour entreprendre.
Pensé pour les futurs entrepreneurs, qu'ils soient étudiants ou déjà dans la vie professionnelle, cet ouvrage très complet peut se lire en zappant car il est organisé de façon modulaire.
Il aide à la réflexion de l'entrepreneur, avant d'entreprendre ou pendant l'action. Des allers-retours entre théorie et pragmatisme : beaucoup d'éléments issus du terrain, notamment, pour concevoir la stratégie de son entreprise et son développement.
Il intègre la technologie toute nouvelle du flashcode. Il s'agit d'un code-barre 2D qui met directement le lecteur en lien avec internet sur son smartphone.
Flashez les codes avec votre smartphone, et vous êtes immédiatement dirigé vers des sites d'entreprises originales, vers des sites incontournables en entrepreneuriat ou vers de nombreuses interviews d'experts et d'entrepreneurs en live...
Vous aurez en main le premier livre d'entrepreneuriat connecté à internet sans ordinateur !

 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sophie Mansiat vient de créer sa petite entreprise en Saône et Loire à partir d’un nouveau produit, une niche : des box proposant des activités et animations pour enfants et adolescents (golf, équitation, karting, bowling, atelier cuisine, découverte de la ferme…).
Le produit Momeadobox, s’inspire du concept Smartbox. Sophie Mansiat est tout simplement partie du constat que les box du marché ne sont pas adaptées aux enfants et aux ados car les prestations sont souvent loin de chez soi, les dates imposées etc. Les 5 000 box produites à ce jour ont toutes été fabriquées localement. Et c’est une volonté de cette jeune entrepreneure de ne choisir aussi que des prestataires de la région.
Momeadobox est accessible sur internet ou dans certains comités d’entreprises. Sophie Mansiat envisage de commercialiser sa box auprès des offices de tourisme et des syndicats d’initiative.

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Un récent sondage réalisé sur l’entrepreneuriat québécois pourrait détruire le mythe du Québec entrepreneurial.


 --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En France
Un récent sondage auprès de personnes âgées de 50 ans et plus (APCE et CSA), a révélé un engouement des seniors pour l’entrepreneuriat.
  • Leurs motivations :
Revenus, autonomie et projet personnel constituent les principales raisons de création d’entreprise en vue de la retraite (17 % des seniors actifs envisagent de créer leur propre entreprise en prévision de leur fin de carrière).
  • Eléments présentés comme déterminant pour un passage à l’acte d’entreprendre :
Rebondir après un licenciement ou bénéficier d’une aide du gouvernement pour sécuriser les premiers mois d’activité de la nouvelle entreprise.
  • Un Français sur deux encouragerait un senior de sa famille à créer son entreprise.
  • Les seniors sont perçus comme disposant de nombreux atouts et comme bien armés pour créer une entreprise (grâce notamment à leurs réseaux professionnels (pour 76% des seniors) et bien sûr leur expérience (77%).
Mais tout ceci traduit évidemment l’angoisse liée à la fin de carrière et au nouveau régime de retraite…

Aux Etats-Unis
Comme en France, les seniors créent de plus en plus d’entreprises et pourraient bien dépasser les jeunes entrepreneurs d’ici à quelques années. Ce n’est pas une mauvaise chose car il semblerait que leurs entreprises soient plus pérennes que celles des jeunes entrepreneurs.
Depuis la crise financière, le nombre d’entrepreneurs de plus de 45 ans aurait fortement augmenté aux Etats-Unis et ce, même dans le secteur des TIC. Entre 1995 et 2005, l’âge moyen des créateurs de start-up dans la Silicon Valley est passé de 19-27 ans à 39 ans. Il y a deux fois plus d’entrepreneurs de plus de 50 ans que de jeunes de moins de 25 ans.
  • Facteurs structurels favorisant l’entrepreneuriat chez les seniors :
. Ils présentent de meilleures garanties bancaires
. Ils ont plus souvent un apport en capital plus important
. Ils ont plus souvent une meilleure expérience du management que les jeunes.